MEDIAS ET COMMUNICATION  15.05.2020

Projet de recensement et de sensibilisation lancé en Valais

Hérissons en danger

Des études menées dans différents cantons montrent un fort recul de la population de hérissons lors des deux à trois dernières décennies. Face à ce constat, le Service des forêts, des cours d’eau et du paysage (SFCEP) souhaite avoir une meilleure vision de la situation des populations de hérissons en Valais. C’est pourquoi il lance un projet en faveur du hérisson dont la première étape, intitulée «Hérisson y es-tu?», est menée en collaboration avec les communes de Brigue-Glis, Sion, Martigny et Monthey.

Chasseur nocturne, le hérisson se nourrit d’insectes, d’araignées, de limaces et d’escargots. Malgré ses capacités d’adaptation, l’espèce semble aujourd’hui très impactée par la rapidité du développement des activités humaines. L’intensification du réseau routier ou encore l’utilisation d’insecticides dans l’agriculture et les espaces verts urbains, ont un impact sur la disponibilité de ressources nécessaires à son cycle de vie. Si la campagne et les sous-bois constituaient son habitat d’origine, le hérisson trouve, désormais, souvent refuge dans les parcs et jardins des agglomérations et des villes.

Des études réalisées dans d’autres cantons suisses ainsi que dans plusieurs pays européens révèlent un net recul des effectifs de hérissons en moins de trois décennies. A Zurich, l’effectif de hérissons aurait diminué de 40% en un quart de siècle. On peut supposer que cette tendance est similaire sur le territoire valaisan. C’est pourquoi le SFCEP lance un projet en faveur du hérisson dont la première étape s’intitule «Hérisson y es-tu?».

Suivre le hérisson à la trace

Il n’existe, à l’heure actuelle, aucune donnée précise concernant la population en Valais de cette espèce, dont la protection incombe au canton. Des données actualisées quant à l’état des effectifs de population et son aire de distribution sont nécessaires pour évaluer les mesures à mettre en œuvre. L’objectif de cette phase initiale est l’étude de l’occurrence des hérissons dans les villes de Brigue-Glis, Sion, Martigny et Monthey à l’aide de tunnels à traces placés dans des jardins privés et les parcs. Il s’agit de petits tubes munis de feuilles de papier et d’encre. Lorsqu’un un hérisson le traverse, il y laisse des empreintes de pattes qui trahiront sa présence. La gestion des tunnels à traces sera prise en charge par des bénévoles. En parallèle, la population de l’ensemble du canton est invitée à transmettre ses observations de hérissons sur la plateforme valais.nosvoisinssauvages.ch .

Dans le cadre de ce projet, le SFCEP recherche des bénévoles pour la gestion de l’un des dix tunnels à traces qui seront installés en zone urbaine dans chacune des communes de Brigue-Glis, Sion, Martigny et Monthey, pendant une période d’une semaine (6 jours d’affilée), entre juin et août 2020. La charge de travail quotidienne est de l’ordre de 1,5 à 2 heures. Les personnes intéressées trouveront plus d’informations sur le site internet valais.nosvoisinssauvages.ch/node/7966.