MEDIAS ET COMMUNICATION  04.10.2019

Mise au jour d’une église funéraire du Haut Moyen Age

Fouilles archéologiques à Saint-Maurice

Les fouilles archéologiques commencées en avril 2019 au chemin des Condémines à Saint-Maurice ont mis au jour les vestiges d’une église funéraire du Haut Moyen Age et de son cimetière. Erigé à la même époque que l’abbaye mais dans un lieu excentré du complexe abbatial, cet édifice religieux comprend un important cimetière qui a perduré après la destruction de l’église au cours du XIIIe siècle. Cette nécropole pourrait regrouper des représentants des communautés locales ainsi que des pèlerins. Les vestiges découverts présentent une nouvelle facette des débuts de la chrétienté en Valais.

 

Haut lieu de la chrétienté occidentale, Saint-Maurice connaît un rayonnement international très important dès le Haut Moyen Age. Le culte des martyrs de la légion thébaine et le sanctuaire de Saint-Maurice se développent surtout à partir de 515, date de la fondation de l’abbaye par le prince burgonde Sigismond. Cette dernière devient dès lors une entité puissante tant du point de vue spirituel que matériel. C’est dans ce contexte que s’inscrit la fondation de l’église funéraire située au chemin des Condémines et le développement de son cimetière.

En 1951, une intervention d’urgence, menée par l’archéologue Louis Blondel, avait permis de tracer le plan partiel de l’église (un édifice à nef unique flanquée de deux pièces carrées) et de documenter sommairement les tombes situées dans la zone excavée. Les données recueillies depuis le mois d’avril 2019 laissent à penser que les pièces observées par Blondel constituent une galerie à portiques. L’importance de ce monument se manifeste par la qualité de sa construction. La maçonnerie des murs est, en effet, d’excellente facture et il apparaît que des enduits peints ornaient ses parois. La date de construction de l’édifice et les étapes de ses transformations doivent, quant à elles, encore être précisées.

L’estimation du cimetière prévoit, quant à elle, l’existence d’environ 250 sépultures réparties sur plusieurs niveaux superposés, dont plus des 2/3 ont déjà été dégagés. Les coffres des tombes les plus anciennes apparaissent et pourraient permettre d’importantes découvertes. L’emplacement des sépultures dans le cimetière ou dans l’église, le type architectural des tombes, les inscriptions, le mobilier archéologique et les études anthropologiques donneront des informations essentielles sur les individus inhumés.

L’église en Condémines, abandonnée au cours du XIIIe siècle, offre une chance rare de connaître l’édifice dans son intégralité et dans son contexte direct. Il constitue ainsi un monument majeur pour la compréhension de la topographie chrétienne et de l’histoire de Saint-Maurice. Il s’agit d’une pièce maîtresse pour la compréhension des premiers siècles du christianisme en Valais et des débuts de l’abbaye de Sain-Maurice.