MEDIAS ET COMMUNICATION  25.11.2022

Mesures de précautions et recensement obligatoire pour les détenteurs de volailles

Grippe aviaire

En Europe, les cas de grippe aviaire ont augmenté chez les oiseaux d’eau sauvages et la volaille de rente. Avec la migration actuelle des oiseaux d’eau sous nos latitudes pour hiverner, le risque d’introduction et de propagation de l’épizootie en Suisse augmente et les premiers cas viennent d’être découverts dans le canton de Zurich. L’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) recommande à tous les aviculteurs de prendre des mesures préventives. Un autre élément essentiel de la prévention consiste en l’enregistrement de toute détention de volaille par chaque détenteur au moyen du système mis à disposition par l’Etat du Valais.

Durant l’hiver 2021-2022, plus de 2400 exploitations à travers l’Europe avaient dû abattre près de 50 millions de volailles infectées. Cette année, pour la première fois, plusieurs centaines d’oiseaux sauvages ont été touchés au cours de l’été.

La prudence s’impose à l’approche de l’hiver, alors que les spécialistes s’attendent à une forte multiplication des cas en Europe, notamment le long des axes migratoires: chaque année, environ un demi-million d’oiseaux aquatiques passent l’hiver en Suisse. Ils arrivent en ce moment du nord-est de l’Europe pour hiverner sur nos lacs et cours d’eau. A ce jour, le virus de la grippe aviaire H5N1 a été mis en évidence chez un héron cendré et un paon dans le canton de Zurich.

 

Mesures de prévention

Afin d’endiguer la propagation de la maladie, il est primordial d’empêcher tout contact entre la volaille domestique et les oiseaux sauvages. Par conséquent, les détenteurs de volailles sont invités à observer les points suivants:

• Protéger l’accès aux zones où s’alimente et s’abreuve la volaille.

• Respecter les mesures de biosécurité, à savoir: avant d’entrer dans les espaces de détention, changer de chaussures et de survêtements et se désinfecter les mains.

• Il est toujours possible de laisser sortir les animaux à l’air libre. Il faudra, le cas échéant, veiller à couvrir les enclos, sans oublier de vérifier le bon état des grillages.

Par mesure de précaution, les personnes qui trouvent des cadavres d’oiseaux sauvages sont invitées à ne pas les toucher et à informer les gardes-faune.

 

Recensement obligatoire

L’enregistrement de toute détention de volaille (y compris à titre de loisir) auprès du canton est obligatoire en Suisse depuis le 1er janvier 2010. Pour les exploitations professionnelles de grande taille, il s’effectue déjà par l’intermédiaire du système de la BDTA (banque de données sur le trafic des animaux).

Afin de faciliter et de simplifier ce recensement obligatoire pour les détenteurs non professionnels de volaille, l’Etat du Valais a développé un système d’enregistrement informatisé. Cet outil permet aux détenteurs d’un petit nombre d’animaux d’annoncer directement en ligne leur activité en scannant un code QR (voir ci-dessous) ou via https://geo.vs.ch/volaille.

Ce système s’adresse aux détenteurs de volailles non soumis à l’enregistrement dans la BDTA des espèces suivantes: poules, dindes, pintades, perdrix, faisans, cailles, canards, oies, autruches et cygnes. Après leur enregistrement, ces détenteurs peuvent être rapidement informés par voie électronique en cas de changement de la situation.

 

Code QR pour l’enregistrement des détentions de volaille: