MEDIAS ET COMMUNICATION  05.10.2018

Les femmes candidates au métier de policier de plus en plus nombreuses

Police cantonale valaisanne

Les femmes sont de plus en plus nombreuses à opter pour le métier de policière. Cela se remarque particulièrement auprès de la relève. Environ un tiers des aspirants sont des femmes. Ce chiffre s’élève même à 42% cette année. C’est d’ailleurs une femme, Marianne Kuonen, qui est devenue major de la promotion 2018.

 

En Valais, à l’heure actuelle, 13% des policiers sont des femmes. Ce pourcentage n’a cessé d’augmenter ces dernières années grâce à des classes d’aspirants composées d’un tiers de femmes. En 2018, ce taux atteint même 42%. La proportion de femmes postulant à la police cantonale valaisanne durant ces quatre dernières années s’élève à 30% des candidats.

Marianne Kuonen, âgée de 24 ans et originaire de Guttet-Feschel, a obtenu le titre de major de la promotion 2018. Elle a achevé avec succès sa formation professionnelle auprès de l’Académie de police de Savatan, couronnée par l’obtention du brevet fédéral de policier. Son exemple démontre qu’une carrière dans la police est aussi bien accessible aux femmes qu’aux hommes, raison pour laquelle l’Etat du Valais se félicite de la présence toujours plus nombreuse de femmes dans les rangs de la police.

Par ailleurs, six personnes de sexe féminin occupent d’importantes fonctions au sein de la police cantonale valaisanne. La police judiciaire du Valais central et la section d’identité judiciaire sont dirigées par des femmes. La section mœurs et mineurs ainsi que la section circulation comptent également deux femmes occupant la fonction de remplaçantes du chef de section. Pour le surplus, un groupe judiciaire dans le Haut-Valais et un groupe permanent de l’Unité mobile du Bas-Valais sont conduits par des femmes.

Cette mixité accrue représente une valeur ajoutée pour la police cantonale valaisanne au service de la population.