MEDIAS ET COMMUNICATION  12.10.2018

La nouvelle exposition du Musée d’histoire du Valais

«Mémoire de glace: vestiges en péril»

Sous l’effet du réchauffement climatique, les glaciers libèrent des vestiges piégés depuis des décennies, des siècles, voire des millénaires. Une nouvelle discipline scientifique – l’archéologie glaciaire – récolte et étudie ces vestiges exceptionnellement préservés par congélation. La nouvelle exposition du Musée d’histoire du Valais, qui ouvre ses portes le 6 octobre 2018, présente une sélection d’objets exceptionnels.

 

Le réchauffement climatique et l’archéologie glaciaire

En raison du réchauffement climatique de ces trente dernières années, des vestiges archéologiques sont régulièrement découverts dans les glaciers alpins, à plus de 2500 mètres d’altitude. L’«archéologie glaciaire» a pour mission de récolter, préserver et étudier ces vestiges très particuliers, maintenus en congélation depuis des décennies, des siècles, voire des millénaires. Si la découverte d’Ötzi, la momie vieille de 5000 ans, en 1991 dans les Alpes italiennes a marqué la reconnaissance planétaire de l’archéologie glaciaire, de nombreuses autres découvertes ont été effectuées depuis dans les zones englacées de la planète et en particulier sur les glaciers alpins.

 

Les apports des découvertes glaciaires à la connaissance

Au travers d’une sélection d’objets préhistoriques et historiques découverts sur les glaciers alpins, l’exposition «Mémoire de glace: vestiges en péril», à voir dès le 6 octobre au Musée d’histoire du Valais, illustre les raisons qui ont conduit les hommes à fréquenter ces zones d’altitude, pour circuler d’une vallée à l’autre ou pour exploiter les ressources naturelles qui s’y trouvent. Les objets présentés renseignent également sur la manière dont les hommes s’équipaient pour leurs périples en montagne et sur les protections divines qu’ils sollicitaient. L’exposition permet de découvrir des pièces rarement exposées comme des panoplies de chasse du troisième millénaire avant notre ère, des vêtements de toutes les époques et bien d’autres objets parfois très énigmatiques.

 

Tous concernés!

Selon les pronostics des glaciologues, le réchauffement climatique va provoquer, dans les Alpes valaisannes, une diminution de la surface glaciaire de près de 80% en 2060. Cette forte accélération de la fonte va immanquablement libérer un nombre croissant de vestiges archéologiques. Dans les Alpes et en particulier en Valais, seuls quelques secteurs peuvent aujourd’hui faire l’objet d’une surveillance archéologique. La plupart des découvertes à venir seront donc réalisées par des randonneurs ou des travailleurs de haute montagne. Pour ces raisons, l’exposition renseigne aussi sur le bon comportement à adopter face à de telles découvertes. En Valais, la collecte et l’étude des vestiges mis au jour sur les glaciers sont du ressort du Service cantonal des bâtiments, monuments et archéologie. Leur restauration, leur conservation et leur mise en valeur sont assurées par les Musées cantonaux.