MEDIAS ET COMMUNICATION  17.06.2022

Contamination des poissons de l’étang des Mangettes à Monthey

Pollution par les PFAS

Les contrôles des substances per- et polyfluoroalkylées (PFAS) se poursuivent, comme le prévoit la stratégie du canton du Valais en la matière. Après la mise en évidence, par le Service de l’environnement (SEN), en collaboration avec le Service de la chasse, de la pêche et de la faune (SCPF), de la contamination de poissons dans l’étang des Chauderets à Collombey en février, les investigations ont été élargies. De nouveaux résultats affichent des teneurs en PFAS élevées dans des poissons de l’étang des Mangettes à Monthey. Par mesures de précaution, le canton interdit la pêche dans cet étang, en préconisant de ne pas consommer les poissons qui y ont été pêchés. Eviter la baignade est également recommandé. Au-delà de la surveillance et des assainissements des sources de la pollution, le SEN participe activement à l’avancée des expertises visant à appréhender l’exposition à ces substances et leur accumulation dans l’environnement.

En février 2022, les résultats d’analyses menées par le Service de l’environnement sur des poissons de l’étang des Chauderets à Collombey avaient indiqué des concentrations élevées (entre 37 et 6723 microgrammes par kilo de poisson (1) ) de substances per- et polyfluoroalkylées (PFAS). Par mesure de précaution, le canton du Valais avait annoncé la suspension temporaire de la pêche dans ce lac affermé et instauré un suivi régulier. Les investigations ont également été élargies à d’autres lacs de gravières potentiellement concernés. Le dernier point de situation confirme les précédentes analyses des Chauderets et révèle une contamination des poissons de l’étang des Mangettes à Monthey avec des concentrations entre 295 et 1803 microgrammes par kilo de poisson. Les concentrations dans l’eau indiquent 1,4 microgramme de PFAS par litre. A titre indicatif, la valeur maximale admissible pour l’eau potable est fixée actuellement à 0,3 microgramme par litre. Tous les captages publics d’eau potable en exploitation analysés respectent les normes en vigueur. La situation fera l’objet de relevés réguliers et sur le long terme.

Si le cadre de référence légal autour de la problématique des PFAS nécessite d’être clarifié, l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) estime que leur présence dans les ordres de grandeur décelés plaide en faveur de mesures de précaution. Le Service cantonal de la consommation et affaires vétérinaires recommande de ne pas consommer les poissons pêchés jusqu’ici dans les étangs des Chauderets et des Mangettes. Toujours à titre de précaution, éviter la baignade dans ces plans d’eau est recommandé, sachant qu’elle est déjà interdite aux Mangettes. Enfin, à la suite de la suspension de la pêche dans l’étang affermé des Chauderets, celle-ci devient interdite dans l’étang des Mangettes, étang soumis à la régale cantonale.

Des contrôles de teneurs en PFAS dans les poissons sont encore menés dans les lacs de La Sablière à Illarsaz et du Steineij See à Rarogne. Ces résultats seront partagés avec l’OSAV, qui se prononcera alors sur les risques liés à la consommation de poissons pollués par des PFAS.

Au-delà de la stratégie annoncée en 2021 pour contrer la contamination des eaux souterraines par des PFAS, le canton du Valais participe activement à l’avancée des travaux sur le plan national. Ceux-ci devront permettre de mieux appréhender l’exposition à ces substances et leur accumulation dans l’environnement, cela dans le but de définir des scénarios pour s’en prémunir.

 

(1) microgrammes par kilo de chair fraîche (y c. peau)